Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cassoulet'Land

A storm in a teacup ? (1)

4 Janvier 2011, 22:01pm

Publié par Marius

BOUSCATEL.jpg(1)Une tempête dans un verre d’eau ? L’interrogation s’impose car en effet l’on peut se poser la question de savoir comment René BOUSCATEL et quatre autres colistiers de la liste MOUDENC ont pris distance du nouveau président local de l’UMP. Présenter l’initiateur de cette rupture peut cependant permettre d’appréhender les motifs. René BOUSCATEL n’est pas un homme de coups ; son parcours témoigne de son caractère bien trempé et de la qualité de ses engagements dans la durée. Avocat tenace et respecté il a mené une vie professionnelle exemplaire au barreau de Toulouse. Reconnu et apprécié par ses pairs, ce juriste-gentleman a été dans le passé, un authentique stadiste, un joueur de rugby  tenace sur la pelouse Ernest Wallon. Cette passion l’a porté jusqu’à la présidence du Stade à l’âge où d’autres n’évoquent en majorité que repos et loisir.

Le Stade c’est sa fierté ; une machine de guerre reconnue au niveau Européen. Exemplaire dans son modernisme, son fonctionnement et l’admiration de l’ensemble des présidents de clubs qui viennent au Stade chercher l’inspiration, la méthode…et parfois même ses joueurs (dossier KELLHER).

Mais René BOUSCATEL a « touché » également à la politique locale. Longtemps adjoint de DOUSTE puis de MOUDENC il a occupé divers postes (la culture, l’urbanisme…) dans une période de sa vie où le cumul de responsabilités devenaient une addiction au point de ne plus vraiment ressentir les difficultés liées à l’accumulation. Une erreur ; son travail en mairie est certainement trop marqué par du détachement et du « burn-out » pour avoir qualifié la pèriode. Dommage. Mais l’homme est puissant et connaît ses forces et faiblesses. De cette puissance qui force le respect. Dans le circuit économique, les sponsors du Stade connaissent tous son savoir-faire, son entregent et savent apprécier la relation qu’il entretien au fil des années avec  les plus gros employeurs locaux qui se battent pour figurer sur le maillot des joueurs.C'est également un ambassadeur de la culture du terroir; en témoigne son léger accent (jamais renié).

Aujourd’hui son détachement volontaire du groupe de l’opposition ne peut être interprété comme un coup de tête mais bien plus comme une volonté d’affirmer sa différence. Cet été mes lecteurs ont suivis ma recherche des talents nouveaux pouvant surgir dans le paysage politique local ; à aucun moment je n’ai vu venir le président du stade…Une erreur de ma part je la confesse aujourd’hui sans détour. L’homme a des ressources et soyez certain qu’il occupera dans les prochains mois une place majeure dans le dispositif local pour la reconquête de tout ou partie du Capitole. Trois difficultés restent cependant à contourner.

La première : un âge certain qui le place aujourd’hui dans le groupe des seniors (même s’il est très largement distancié à gauche par M. MALVY et P. IZARD)

La seconde : une équipe à constituer au plus vite car il importe d’apporter rapidement à la collectivité des  pistes séduisantes et concrètes hors de la sulfureuse UMP locale.

La troisième : une très forte (mais discrète) difficulté à transcender les clans socio culturels qui pourrait l’entrainer à conserver à ses côtés des profils animés d’un esprit trop conservateur.

Mais ce mouvement est plaisant à observer : il marque incontestablement une volonté partagée par une partie des décideurs locaux de faire bouger les lignes. A suivre.

Commenter cet article