Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cassoulet'Land

A TOULOUSE les promesses électorales tombent à l’eau de VEOLIA

1 Février 2010, 10:16am

Publié par Marius

Les élus de CASSOULET City  sont fiers d’annoncer une baisse de 25% du prix du m3 d’eau arton780-260x238.jpgsur la commune…Bref, le prix du m3 d’eau en 2010 aurait du passer à 2.53€. Mais bizarrement cette victoire négociée se traduit par  une baisse de 42 cts par rapport au tarif actuel de 3.37€ soit 2.95€ le m3. Le compte n’y est pas ! Vous pouvez noter qu’au final cette flexion n’est que de 12.5% au seul motif que le poste assainissement  intégré au prix est incompressible.Dans le même temps l'on apprend qu' à MONTAUBAN le m3 d’eau y était proposé par VEOLIA à 1.45€ le m3…avec à la clef la création dans la ville de 230 emplois nouveaux !

  Comment expliquer une telle différence ?

  Pour la ville rose c’est une victoire à la Pyrrhus ! Comparez les montants unitaires des deux communes (1.45€/2.95€) et jugez des qualités de négociation des toulousains… Encore une fois dans l’adversité nos représentants semblent baisser les bras. 

  Plus d’une cinquantaine de villes françaises ont remunicipalisé la gestion de l’eau depuis le début des années 2000. Un mouvement accéléré par la croissance de l’intercommunalité, qui permet aux groupements de communes d’atteindre la masse critique leur permettant de se doter des moyens financiers, techniques et humains nécessaires à une gestion économique de ce poste. Sauf à CASSOULET CITY.

  Le contrat, ne l’oublions pas, a été signé il y a 20 ans par la maison BAUDIS ! Il était assorti d’un « droit d’entrée » de 67 millions d’euros versé par la Générale des eaux (VEOLIA) qui permettait au roi de la TV numérique d’annoncer fièrement que la ville n’avait pas de dette (chercher l’habileté dans le montant de vos factures).

  Mais aujourd’hui le Grand Toulouse est une réalité ; cette intercommunalité est Présidé par le maire de Toulouse ; une double casquette parfois lourde à porter.

  La position du Président de l’intercommunalité est de renvoyer dans ses cordes le maire qui pourrait être légitime à tendre la main pour trouver une solution globale et définitive sur le sujet qui nous occupe.

 C’est, en effet, à la dimension de cette communauté nouvellement constituée d’apprécier les effets d’une rupture du contrat avec VEOLIA pour trouver une nécessaire homogénéité dans la gestion de l’eau sur l’ensemble du périmètre urbain. Naturellement l’on pourrait s’attendre à des refus d’une part des membres élus des communes périphériques au rang desquelles l’on a procédé avec prudence à la mise en régie des approvisionnements.

Mais il ne faudrait pas oublier que la constitution d’un groupement des communes est là pour harmoniser les moyens et les objectifs. Les villes satellites ne rechignent pas à bénéficier  d’avantages économiques mis en place par la ville centrale (logistique, infrastructure, etc.…) et ne peuvent refuser de mutualiser le poste prioritaire que représente l’eau.


  Pour les élus et en particulier son leader le risque est grand de « vouloir boucler » par faiblesse sur la seule négociation en cours. L’écart existant d’un approvisionnement montalbanais et toulousain…(x2) milite pour un approfondissement sérieux de la négociation.De nombreux cas de renégociation vont plus loin que la seule flexion du prix et P. COHEN serait bien inspiré de se rapprocher de A . ROUSSET Prdt de la CUB qui a mené apprement ce combat pour des résultats autrement plus significatif (voir ici en détail)

Commenter cet article