Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cassoulet'Land

Beaucoup trop de nouvelles officielles de Toulouse et sa région

16 Juillet 2010, 13:03pm

Publié par Marius

midi-pyrenees.gif

 

Mon éloignement de Cassoulet ’City n’est que partiel. Une fois par semaine ma belle postière bronzée m’apporte à Euskadi’beach le courrier en transit ; une enveloppe garnie des factures et autres fantaisies répétitives que nous réserve le quotidien…mais cette semaine le pli comportait les 3 revues de nos institutions locales. Si l’expédition de ces revues semble commune le format et le contenu de chacune mérite attention. Observons chacune de ces revues en commençant par la production toulousaine dénommée "à Toulouse".

"Il s'agit d'un gros pavé de 67 pages glacées plus un livret d’accueil de 15 feuillets pour les nouveaux arrivants. Un véritable périodique pour inciter le lecteur à découvrir le farniente dans la cité rose. Beaucoup de réchauffé (connaissez vous la recette du Cassoulet?) mais également un compte rendu sur 5 pages sur la vidéosurveillance. Nous subodorons les conclusions à venir ; tout cela est bien orchestré…

Le plus risible; un article sur les trop rares piscines toulousaines complété par la découverte des rivages du lac de Sarramon (Gers), du lac de Saint Ferréol et de Carla Bayle (Ariège)…Une manière maladroite d’étendre Toulouse jusqu'au limite du département...Manque Narbonne et les flots bleus. Une leçon de natation textuelle.

Les nouvelles des secteurs et quartier restent toujours aussi pauvres ; une page dédiée suffisante pour rendre compte des (fausses) nouvelles…La confirmation d’un manque réel d’initiative pour nos quartiers de cette cité. Mais il se dit que la concertation avance...

"La seconde revue est à l'initiative du département ; intitulée "Canal 31". Un bel exemple de pas grand-chose dans 39 belles pages trop vides. Rien à dire sans risquer de froisser le directeur de la publication Pierre Izard. De très belles photos occupent une  partie des pages et quelques textes simplismes pour présenter les réalisations à l’actif du conseil général de la Haute Garonne. Pas de maux de tête à l'horizon. Tout cela mélangé à de la publicité pour l'institution ; c'est cher payé!

"Le troisième est le plus intéressant par sa concision, sa clarté et l’utilisation d’un papier recyclé (c’est le seul). Bravo à l’équipe de Martin Malvy pour ces efforts. Sous l’intitulé "Midi Pyrénées info" nous pouvons prendre connaissance des travaux de cette assemblée sur l’ensemble du territoire de Cassoulet’ Land. Plusieurs initiatives et actions de qualité dont le « panier fraicheur » et l'offre PC aux lycéens...à découvrir. D’autres textes méritent attention en particulier un sujet sur la désertification médicale dans nos campagnes ainsi que la concrétisation du parc naturel de l’Ariège. Il y a la forme,mais surtout, il y a du fond. Nous sommes ici dans l’information. Je reviens rapidement sur la réélection de cette équipe pour signaler qu’elle trouve ici à mes yeux toute sa justification.

Pour les deux autres canards glacés, vous l'avez compris, il s’agit d’apologies maladroites des diverses activités entreprises par les services… Dans la confusion pour Toulouse (l'on retrouve les mêmes travers sur le site officiel de la ville) et pire sans conviction pour le département.

On peut noter la présence d’une tribune libre ouverte aux opposants dans le magazine toulousain et dans Midi Pyrénées Infos. Une obligation dont il semblerait que le département n’a pas jugé utile de s'y prêter…

En résumé beaucoup trop de papier glacé pour pas grand-chose. Trop de dépenses sont ainsi engagées pour le seul plaisir de quelques élus à l’égo sur-dimensionné.

Il importe de rappeler ici aux initiateurs que l’exercice n’a véritablement de valeur que s’il y a du contenu ! Des trois institutions (comparables dans leurs constituantes politiques) l'on constate que les personnalités des leaders semblent très éloignées. On chercherait plus de cohérence (pour ne pas dire cohésion). Dommage car cela est à l'avantage des "réformateurs" et de leurs "fusions" tant décriées par Martin MALVY.

Commenter cet article