Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cassoulet'Land

Cantonales un bon nettoyage de printemps !

25 Mars 2011, 13:30pm

Publié par Marius

nettoyage_printemps.jpgOutre le malaise général et l'absence de réponse des partis "leaders", la montée insolente du front national est directement liée à deux causes majeures.

D'une par, elle est due au sectarisme commun des deux vieux partis à l'encontre du FN;  Il y a dans notre France un sourd mais important sentiment d'injustice de la part du citoyen qui se traduit irrévocablement par un soutient à l'opprimé. L'exclusion d'un courant politique (soit-il extrême) renforce sa légitimité potentielle. Un réflexe qui honore nos compatriotes. Pour éviter cela, la recette est simple. Il suffit de revenir à plus de proportionnelle et de connaître des idées du FN comme des autres partis; à lui donner sa place dans les médias, à écouter attentivement ses propos et en particulier sa position contre l'Europe plus d'un des récents électeurs pourraient être sur le reculoir .

 D'autre part, elle est liée  à  l' insolente tambouille des professionnels de la politique coutumiers des mandats multiples et des accords d'arrière cour. Permettre à une poignée de roublards de s'affranchir des règles démocratiques en usant de toutes formes de stratégies contestables est, aujourd'hui plus que hier, suicidaire. Le "tous pourris" évoqué par la candidate du FN doit disparaître de nos écrans avant qu'il ne soit trop tard.

Pour la Haute-Garonne je prendrais deux exemples concrets...transposables forcément à d'autres situations, hélas.

Le cas MIRASSOU candidat PS dans le canton 7

Voici un candidat qui détient un mandat parlementaire de Sénateur : mandat enviable caractérisé par de nombreux avantages qu'il n'est plus utile de décrire ici tellement ce sujet est connu....Mais ce Sénateur se sent obligé de cumuler. Il aurait pu utilement parrainer un jeune socialiste mais non, le bonhomme préfère se resservir du pouvoir politique jusqu'à la nausée. Une forme de boulimie des honneurs, aux dépens de l'efficacité attendue de la part de ces électeurs (par délégation). 

A cela s'ajoute une manière désastreuse de faire campagne avec l'appui de la mairie et de son équipe de militants zélés ayant une forte  appétence à pratiquer l'affichage sauvage et le bourrage des boîtes à lettre. Le dédain aux règles établies, le libre arbitre, les passe-droits sont précisément les angles d'attaque de Marine LE PEN ; se prêter à ces petitesses, persister dans la recherche du cumul favorise inexorablement la montée du FN.

Le cas de VEYRAC candidate UMP dans le canton 1

Voilà un député européen qui n'a jamais connu les difficultés ; très tôt elle s'appuya du sommet du pouvoir pour mieux en vivre. Au point de devenir  l'ombre portée de Giscard d'Estaing qui lui "offra" son premier mandat européen pour services rendus....  Les mauvaises langues parlent d'une bien belle rente qui aurait du suffire à occuper la dame. Mais non,  voici une parlementaire qui, au terme de deux mandats européens cherche toujours à  s'assurer d'une légitimité locale quelque peu défaillante au cœur du dispositif politique de l'UMP régional. Il suffit de lire sa profession de foi pour apprécier du décalage profond de cette aristocrate de la politique d'en haut avec le quotidien des toulousains d'en bas. Là aussi nous assistons à une volonté de cumul basé sur de basses stratégies personnelles. Les électeurs apprécieront de l'exemplarité comportementale à la lecture de sa profession de foi où opportunément elle laisse apparaître l’appui des verts (qui n’en reviennent toujours pas…).


Ces exemples sont sous mes fenêtres. Sans trop chercher vous en trouverez bien d'autres ... Elles renvoient à un autre siècle, au siècle des magouilles et des combines. Mais aujourd'hui l'information circule et les petits secrets d’alcôves, les arrangements, les prévarications transparaissent à la vitesse de la lumière.  Il serait opportun de changer le logiciel afin de voir s'installer dans le paysage politique un peu plus de morale. Car à persister il ne faudra plus s’étonner de la montée des extrêmes.

Heureusement il reste à l’électeur le pouvoir de sanction ; au second tour il est encore temps de chasser ces intrus. Ils le méritent.  Il existe des profils d’hommes ou de femmes prêts à servir la démocratie avant de se servir eux-mêmes. C’est ainsi qu’en face MIRASSOU se bat J.M. LATTES (Radical Valoisien) comme face à Mme de VEYRAC est présent M. Ch. LAFFORGUE (Socialiste). Ces candidats, avec leurs différences et leurs personnalités distinctes, offrent toutes garanties de sincérité et de disponibilité. Acteurs de la vie civile, ils ne cumulent pas les mandats  et leurs passés de démocrates militent en leurs faveurs, chacun dans leurs camps. En favorisant la prime au nom cumul vous participerez à la revitalisation de la vie politique et chasserez plus singulièrement les extrêmes qu’avec la persistance d' un vote blanc ou d'une abstention.

Commenter cet article

Coolman31 25/03/2011 22:54



Le monde toulousain de la
culture rappelle l'UMP Jean-Luc Moudenc à l'ordre




CANTONALES. «Il est heureux que Jean-Luc Moudenc ait ainsi fait machine arrière, note l'initiateur de cet appel à la vigilance, le
metteur en scène Henri Bornstein. Mais que soixante acteurs du monde culturel toulousain se soient déclarés scandalisés par ses propos lui rappellera qu'il avait franchi la ligne
jaune».


Dans un communiqué daté de jeudi 24 mars, le président de l'UMP de Haute-Garonne rétropédale en effet, précisant à ses électeurs que, selon lui, «le vote pour le FN est
exclu» pour ce second tour des cantonales. C'est dans son communiqué de dimanche 20 mars qu'il aurait dérapé au point d'alarmer écrivains, libraires, directeurs de théâtre ou
universitaires.


C'est le «ni-ni», ni PS ni Front national, qui avait alors les faveurs de Jean-Luc Moudenc. Le deuxième tour de ce 27 mars devait être, écrivait-il, l'occasion, certes, «d'introduire
plus de démocratie au sein de l'assemblée départementale». Mais en premier lieu d'y introduire aussi «plus de pluralisme».


«Il ne faut pas être agrégé de grammaire pour comprendre que Jean-Luc Moudenc, loin de faire barrage au Front National, accepte de voir entrer au nom du pluralisme un conseiller
Front National au Conseil Général»,interprétaient les amis d'Henri Bornstein. Leur appel à la vigilance s'intitulait«les mots de
la honte» :




Le pas de deux de Moudenc fait que cet appel restera dans les cartons. Mais en politique plus encore qu'en toute chose, c'est la première impression qui compte. Et cette impression ne
sera surtout pas dissipée par le dernier et très filandreux communiqué dans lequel Jean-Luc Moudenc appelle à voter contre le FN dans les 16 cantons haut-garonnais où le parti de Marine Le
Pen se retrouve opposé à la droite, aux écologistes ou au centre, droit et gauche, mais ne dit strictement rien quant aux quatre cantons où le duel sera PS-FN.


La présomption d'innocence pourrait jouer pour le patron de l'UMP-31. Peut-être, après tout, Jean-Luc Moudenc s'est-il seulement exprimé de façon maladroite au soir du premier tour. Sauf que
le coup est parti, qui aura sonné aux oreilles de la part de son électorat qui ne demande qu'à entendre ça. Il serait faire injure à cet homme politique et ses plus de vingt ans de mandats au
compteur, que d'imaginer qu'il a l'innocence d'ignorer ce fait.


GLv.