Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cassoulet'Land

Je vote pour le 1er parti de France !

3 Avril 2012, 17:26pm

Publié par Marius

ou-pas--2.jpgDepuis ma majorité je n’ai jamais sauté une élection. Je conserve, comme un trophée, mes cartes d’électeur. Je rends grâce à mon père ; de peur de louper une truite ou une caille il resta à distance des isoloirs. Son détachement à la politique m’a permis de bâtir mon opposition à l’autorité paternelle par un civisme à toute épreuve. Mais voilà qu’en cette belle saison, contre toute attente, j’ai préféré les plaisirs touristiques  aux lourdeurs du bureau de vote. Ce choix est assumé, je m’en explique.

A mes yeux, le premier tour est pollué par quatre figurants sans intérêts ; je passerais donc rapidement sur leurs participations sauf éventuellement pour rappeler à mes pairs que cette excentricité coûte au contribuable. Les intéressés rétorqueront pas beaucoup. En vérité, rapport aux idées beaucoup trop. Passons.

Reste six  candidats qui mériteraient réflexion. Les deux extrêmes sont recevables ; à la vérité c’est partiellement eux qui animent cette campagne. Des idées simples, parfois opposées mais qui touchent le français moyen. Qui ne peut s’intéresser à un sujet comme la sécurité ? Une aspiration légitime qui ne fait pas un programme mais qui y participe fortement. La Marine à donc toute sa place dans une campagne où aucun des leaders ne peut apporter une réponse probante sur le sujet. De même, qui ne peut espérer d’un bouleversement profond  des institutions financières ?  Dans une campagne où nos deux majors en promesses esquivent les questions fondamentales des revenus pour n’aborder timidement que les sujets des prélèvements et des dépenses futures ; le seul à apporter un vent nouveau est Méluche.

Mais voter pour l’une ou pour l’autre m’est totalement impossible. Je ne peux oublier les relations douteuses qu’ils entretiennent par ailleurs même si je peux comprendre l’importance pour un nombre grandissant d’électeurs d’exposer par ce biais leurs "indignations".

Bien que très séparé dans leurs discours je mêle les pensées douloureuses de la Norvègienne aux pensées non moins cruelles du Béarnais. L’une voudrait nous mettre au régime bio l’autre au régime sec ; les deux proposent l’ascétisme et la punition. Pas vraiment conforme à l’idée que nous pourrions nous faire de l’évolution du pays. J'évacue.

Et me voilà, virtuellement avec deux bulletins en mains. A droite Nicolas 1er, repentis d’une expérience reconnue foireuse. Plus exactement, un ratage complet qui ne laisse aucune place à la réhabilitation morale et sociale . Les casseroles tintent à chaque pas ; un orchestre à lui tout seul. Impossible de lui accorder un minimum de confiance.

A gauche son principal opposant le capitaine du pédalo ; mais celui-ci n’est que l’ombre d’un candidat. Il fait le boulot à la place de DSK qu’il n’aurait jamais battu s’il n’y avait pas eu cette trop forte addiction…. Comme le Canada-dry il a la couleur du candidat, il en a (parfois) le goût mais il reste un succédané sans charpente. A ce stade, lui apporter un soutien c’est tout simplement favoriser l’indécision et les longues appréciations fumeuses sans lendemain (nous connaissons cela à Cassoulet'City depuis trop longtemps…).

Alors le premier tour sera sans moi. Désolé je ne partagerai pas l’enthousiasme de mes amis militants.  J’attendrai comme de très nombreux autres électeurs  de connaître les alliances  sur les idées avec  les deux troubles fêtes et rejoins ainsi pour le premier tour le groupe des abstentionnistes.

Ce n’est qu’aux vues des accords passés que je reprendrais, éventuellement, le chemin des urnes…

Commenter cet article

VF 10/04/2012 15:07


Sur le fond, je ne suis pas d'accord avec votre constat. Votre portrait de François Hollande est injustement cruel et je ne partage pas cette idée, répandue certes, qu'il serait un candidat par
défaut. Il a, depuis longtemps, l'ambition et la stature d'un président de la République. Son travail sur le terrain, sa constance dans les idées et la cohérence du programme qu'il porte depuis
plusieurs mois maintenant, en attestent.


Si l'absentention est votre droit le plus cher, vous ne pouvez pas, pour autant, faire abstraction du fait qu'elle favorise celui dont la "réhabilitation morale et sociale" est impensable.


5 ans, c'était déjà trop. 5 de plus, ce serait une catastrophe. Pour notre pays, ses institutions, ses citoyens.


Ses jeunes, surtout...


Face à "l'homme-orchestre", il n'y en a qu'un qui soit en mesure de se trouver au second tour, c'est François Hollande et vous le savez.


Mais un second tour sans une bonne dynamique dès le premier, c'est un combat perdu d'avance. Alors, pour ceux qui comme moi, ou comme vous aussi je l'espère, ont l'âme à gauche : sachons rester
simple et allons à l'essentiel !


VF


(par ailleurs, sur la forme, me semble qu'il y'a deux petites fautes de conjugaison dans le dernier paragraphe "je ne partagerai (...)
j'attendrai"


 

Marius 11/04/2012 09:07



Je préfère l’abstention raisonnée au vote de défiance. Ma volonté est de ne pas affaiblir  un candidat considéré par beaucoup (y compris la presse internationale) comme fragile
et sous influence. Son passé milite pour cela. Sachez qu'en réalité  la tentation de voter JL Mélenchon  au premier tour est forte, très forte. Soyez certain
qu’au soir du premier tour, le score de ce dernier sera lourd de conséquence. Cette situation, liée encore une fois à l'axe de FH,  risque de coûter cher à la France. En effet, le transfert
de voix se monnaiera âprement  avec des concessions  majeures  sur les   décisions  à
prioriser  (hausse immédiate des revenus par exemple ; ce qui entrainera une attaque des marchés). 


Cette  décision est donc issue d'une auto censure que je souhaite faire partager à mes lecteurs. Entre deux maux, au second tour,  je choisirais le moindre.


PS Merci pour votre lecture attentive. Je corrige et vous présente mes excuses pour mes conjugaisons hasardeuses.



Marsu 04/04/2012 10:18


Tout de même... quel dommage que les opinions péremptoires ne s'appuient sur quelque argument, à tout le moins sur des exemples.


"Evacuer" ainsi des candidats qui ont tout de même recueilli les "signatures" nécessaires pour se présenter, cela un peu léger, non ?

Marius 04/04/2012 10:23



L'absence de crédibilité ce n'est pas moi qui la constitue...c'est juste les sondeurs. Même en considérant les "marges d'erreurs" il y a quatee candidats qui naviguent entre 0 et 1%