Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cassoulet'Land

PARIS : la joie de vivre !

24 Février 2010, 10:44am

Publié par Marius

 Paris.jpg J’ai l’immense privilège de vivre  à contre flux. Pendant que mes amis se  ruent sur les pistes enneigées des Pyrénées ou rejoignent leurs attaches rurales j’ai, pour ma part, choisi PARIS où je conserve mon univers dans le 9éme. Un coin populaire, un authentique quartier  où l’on peut faire ses courses chez de vrais commerçants de bouche (c'est rare à Paris). J’y retrouve mes réflexes ; descendre quatre à quatre mes étages, acheter une savoureuse baguette au coin de la rue pour enfin pouvoir vivre un  plaisir simple comme la dégustation d'un vrai camembert goûteux (à Cassoulet’ Land cela est impossible sauf à vouloir payer son calendos au prix du caviar). Bref Paname !

A vrai dire PARIS me manque et j’ai plaisir à retrouver ce parfum d' anonymat  et  cette atmosphère  fantaisiste et détachée qui transparait à chaque coin de rue. Mais aujourd’hui mes activités sont ailleurs et mon regard pourrait (presque) être celui d'un touriste.

Hélas, je vais plombé le tableau. Mon passage, plus épisodique,  me permet de prendre conscience de la pauvreté grandissante d'une partie de la population de notre pays et tout particulièrement dans notre capitale.

J’ai partagéBld-Hausmann-BNP.JPG ce matin mon premier crême au comptoir avec un bruxellois ; notre conversation a porté immédiatement sur la présence, en face de la vitrine, sous les regards de centaines de passants totalement indifférents, de deux SDF recroquevillés sous de maigres duvets . Son appréciation rejoignait la mienne ; la pauvreté est visiblement ancrée dans notre pays. Il n’y a plus dans la capitale un lieu de repli, une bouche de métro, où l’on ne trouve pas un (et souvent plusieurs) sans-abri au point que la marginalité de la situation échappe au regard du passant qui en fait son quotidien.

Ce n’est plus un problème saisonnier qui alimente la compassion les soirs de grands froids et que l’actualité compte les morts d’hypothermie. Les hommes et les femmes sans toit sont aussi démunis en février qu’en novembre, l'hiver est long et la misère (la vraie pas celle de nos marginaux en mal du soleil du midi sur la place du Capitole) ne tient pas compte des aléas de la météo. Année après année, la détresse enfle pour ne devenir qu'une constante de nos cités. A Paris aucun quartier n’est épargné et hors la proximité des ambassades, de l'Assemblée et de l’Elysée toutes les embrasures et sources de chaleurs sont occupées par des ombres.

Je pourrais vous faire partager mes nombreuses prises de vues réalisées au grès de mes déplacements ; c'est indécent. Je  propose ce plan large du siège historique et prestigieux de la BNP Hausmann où, sur le trottoir, au premier plan, précisément au niveau des coffres des épargnants, gitent des sans-abris . Pour terminer je ne peux pas ne pas vous  "faire profiter" également de la vidéo ci-dessous tournée il y a 2 ans un peu plus haut sur le même boulevard...Mes amis Pyrénéens pensez à eux car la France d'en haut c'est aussi ça!

Commenter cet article