Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cassoulet'Land

La république des blogs à TOULOUSE

10 Mai 2010, 10:01am

Publié par Marius

 

DSC04413.JPGQui se cache derrière ce blog ? C'est, en partie, pour répondre à cette question que nous avions décidés de nous retrouver; la curiosité est un vilain défaut..pratiquée par tous.

Ces assemblées de blogueurs sont salutaires et amusantes. Elles servent à rencontrer des lecteurs (et sympatique lectrice), échanger quelques idées et boire un (ou plusieurs) bon coup. Ce soir là il s'agissait d'un vrai capharnaüm mais le côte du Rhône était gouleyant. Alors merci Pino pour ton initiative et merci patron pour ton accueil !

Même si cette réunion  sentait, quelque part, le réchauffé elle nous aura permis de nous compter. Ma première surprise vient du faible nombre «d’acteurs actifs». J’ai eu l’occasion d’en discuter avec F. BRIANCON lors de cette soirée ; dans une région où la PQR (presse quotidienne régionale) est aussi carencée en pluralité d’idées que de contenus il en va de la démocratie régionale que de participer au débat sur la toile. En résumé ; sans fausse modéstie, nos blogs contribuent à la salubrité publique pour échapper à l'indigence de la ligne électorale de notre seul quotidien local : La Dépêche (1).

Dans un pays de liberté d'opinions ce monopole éditorial provoque invariablement le développement de nouveaux médias et ce n’est pas Régis BACHELU qui me contredira sur ce point ; son métier le passionne(2) et il en perçoit sur son blog les limites. Perso, je suis convaincu que de nombreux lecteurs du canard sont en recherche de lieux d’échanges nouveaux. Voici un motif suffisant pour que les blogueurs politiques existent. Ils doivent se faire connaître, se développer sur TOULOUSE comme dans l'ensemble de MIDI PYRENEES. Nous sommes trop peu et cependant nous nous apercevons que les élus restent mobilisés pour nous lire et, accesoirement,  nous convaincre de leurs actions (je fais ici référence au passage opportun à cette soirée de J.Pierre HAVRIN attaqué à plusieurs reprise ici et là...).

Le Rocrocodile à rappeler combien La Dépêche était un mal nécessaire; elle (oui il s’agit d’une agréable bloggeuse) s'est déjà penchée sur ce sujet. Perso, je trouve cela répugnant de jeter des épluchures dans son journal . Régis CODEC  présent à cette soirée serait certainement d’accord avec moi pour souhaiter des réflexes plus appropriés. J’en profite pour signaler ma frustration de n’avoir pas eu le loisir de discuter avec lui de ces sujets. J’ai le sentiment qu’il y a matière à Cassoulet’ City. Ce sera pour une prochaine fois j’espère ; son parcours et ses idées m’interpellent et François BRIANCON m’en a dit le plus grand bien (en ajoutant qu'il ne s'agissait pas seulement d'une solidarité élective...).

Revenons au thème. Les élus et la rupture avec les français.

Ces dernières années, en dehors de la présidentielle de 2007, tous les scrutins (législatives, municipales, européennes) ont été caractérisés par un taux d’abstention en hausse constante.
Les régionales ont confirmé la gravité de la crise politique et la faible représentativité des élus de la République. Cassoulet’ Land n’échappe pas à ce schéma.

Je suis modérément  convaincu par la thèse de Philippe DAVID. Basée sur le décrochage économique et financier entre l’électeur et son représentant Philippe chercherait à opposer la caste des politiques (endogène) et le pouvoir d’achat des masses (exogène). Une thèse que ne réfuterais pas G. Marchais s’il était toujours là…Mais naturellement l’échange a été trop court pour me permettre d’approfondir sa pensée. J’irais voir cela dans son bouquin ; l’on doit pouvoir y trouver quelques pistes complémentaires.

A mes yeux la vérité est tout autre. L’entreprise de reconquête des « classes populaires » souhaitée par les grands partis et le gouvernement se heurte à des problèmes plus élémentaires.

La marginalité s’inscrit un peu plus tous les jours dans la population et cela malgré toute l’attention humaine et financière mis en œuvre par nos élus (droite et gauche) totalement démunis face à la crise. L’absence d’emplois qui frappe directement les plus faibles détricote le « lien social » bien plus vite qu’une grippe pandémique (et, il n’y a hélas pas de vaccin).

"L’élu, c’est des promesses avant et pas grand-chose après" ; voici le sentiment le plus répandu. Mais l’administré en détresse n’a plus le temps d’attendre les supposées réformes. Aujourd’hui, dans nos biotopes(3) un raccordement au réseau TGV c’est 15 ans, un Grand Toulouse c’est 10 ans, la réfection d’une rue ou d’un quartier c’est 5 ans. Mais la misère c’est juste à la fin du mois ! Tout est trop lent pour une population en attente de mieux vivre…et nos élus semblent avoir quelque peu oubliés que c’est aussi sur des améliorations pragmatiques et concrètes qu’ils seront jugés aux échéances.

C’est pour cela que les citoyens les plus légalistes préfèrent se tourner vers les associations, les responsables religieux voir des gourous ou des faiseurs d’introspections joyeuses. Ils sont tous jugés plus « à l’écoute » des préoccupations du quotidien que les élus.

Pour finir j’aurais souhaité ouvrir le débat sur les initiatives des saltimbanques. Après COLUCHE c’est maintenant SEBASTIEN qui met en scène une  nouvelle façon de participer au sujet de la soirée. Je vous laisse juge...

 

(1) A ce quotidien local il importerait de rappeler que l’information sèche est, aujourd’hui, nécessairement complété d’une libre expression (sous la forme de droit de réponse et plus souvent de commentaires). User de la « modération » sur les commentaires, pratique courante de ce canard, c’est s’engager rapidement vers la  censure de son lectorat.

(2) Connaissent’ ils nos « petits » locaux ? Toulouse infos par exemple ? Ouverts et présents sur tout les évènements ils méritent nos encouragements. Dont acte.  

(3) J’utilise ce mot pour que les verts ne soient pas oubliés dans leurs responsabilités locales


L’illustration de ce post est extraite de la production artistique de la délicieuse CAT (je l’en remercie pour sa participation involontaire)

Commenter cet article

Régis Godec 11/05/2010 23:36



Des occasions de discuter ensemble il y en aura certainement d'autres...


D'ailleurs dès la semaine prochaine : http://www.regisgodec.fr/?p=408


Cette fois-ci le débat sera plus cadré, en tout cas pour le début. Pour la suite, c'est la convivialité qui décidera de la forme des échanges....


A très bientôt,


Régis Godec



Marius 12/05/2010 08:39



@ Régis GODEC : C'est noté sur mon agenda !


@ Pino : Reproduction d'oeuvre garantie sans trucage et sans OGM (que du naturel)


@ Cat : Copyright et droit d'auteur pour l'illustration assurés



Pino 11/05/2010 23:08



Très sympa, l'illustration de la soirée en peinture!



Pino 11/05/2010 19:10



Merci Marius pour ce brillant compte-rendu! Je te sens partant pour une prochaine édition, un peu moins capharnaüm, mais tout aussi agréable et défouloir. Les participants (avec leurs petits
travers) se connaissant un peu désormais (c'était bien un des objectifs principaux de cette édition), nous pourrons mieux organiser les débats, en changeant de place notamment. Tant que je ne
suis pas trop loin d'une bouteille de côte du Rhône, ou d'une charmante blogueuse, cela me va !


 



Cat 11/05/2010 11:58



La "délicieuse" Cat rougit sous le compliment, est ravie d'illustrer cet article très pertinent qu'elle a pris grand plaisir à lire et qui résume très bien tout ce qu'elle ne sait pas
exprimer de sa plume (plus habile et à l'aise au pinceau), mais n'en pense pas moins.