Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Cassoulet'Land

Garagiste, ça tire du côté droit !

22 Mars 2011, 14:57pm

Publié par Marius

derapage.jpgLes équilibres sont très relatifs à droite et les incidents de parcours risquent fort de se terminer dans le fossé pour quelques uns. Imaginez les discussions au sein de l’état major de l’UMP…Plutôt mourir a dit le petit Nicolas ! C'est d'accord a répondu COPE (pressé d'en finir). Ainsi la troupe monte dans la camionnette, accélère et force sur le klaxon  pour aller au plus vite dans le fossé. A la réflexion, une auto-destruction bien sympathique.

Heureusement, à droite (comme à gauche) il existe une éthique et des hommes pour honorer la démocratie. L’UMP ? Ce doit être une erreur commence à dire le Parti Radical. Il faut écouter J.L. BORLOO parler de la « présence forte des abstentionnistes » et en même temps refuser les alliances…Pas facile mais suffisamment clair pour être souligné. Le Nouveau Centre semble être sur le même axe…tant mieux. Mais ces partis ne représentent que des forces d’appoints face à la machine à broyer du président.

Le plus habile aura été D. VILLEPIN. En rupture à trois semaines des élections cantonales ; il incite aujourd’hui à faire barrage au FN. Cela lui est d’autant plus facile qu’il ne représente que lui-même. Sans candidat sur le terrain cette posture est forcément confortable…

Ces directives masquent une erreur grossière ; car la démocratie est tout aussi chez MELENCHON que chez LE PEN. Le premier des échecs est directement lié à l’absence de proportionnelle au sein de nos assemblées. A vouloir limiter les partis en discussion les « vieux » partis majoritaires ont procédés implicitement à la censure des idées et des hommes sur nos territoires. La montée de l’abstentionnisme vient, en partie de là.  Cela se retourne contre les instigateurs de ces règles tout aussi obscures que dépassées.

Prenez la Haute Garonne, en nombre de voix le Front national avec 17,25 % des exprimés arrive en deuxième position, derrière le PS (36,6 %) et devant Europe Ecologie (12 %).

L'UMP affiche  tout juste 11,2 % de votants grâce à l’agrégation du Parti Radical Valoisien, du Nouveau centre...et de la Gauche Moderne.

Mais la représentation à l’assemblée du département en sera tout autre avec une très large majorité d’élus PS (certainement, au final, quelques 48 à 49 sièges sur 58 soit plus de 80% de représentation !). Ainsi les partis ayant obtenus plus de 10% des voix (dont les candidats de l'UMP ) auront, au mieux,  2 à 3 représentants chacun (3%) ; cherchez l’erreur !

Le Parlement Européen applique la proportionnelle et ainsi offre à nos élus de confronter leurs idées (bonnes ou mauvaises ; l’assemblée fait le tri). Nous en sommes très loin. L’opposition des deux partis historiques n’intéresse plus grand monde. Il serait temps que tout cela change…mais il serait juste souhaitable que ces nécessaires réformes soient menées dans la concertation. Pas sûr que ce soit l’extrême droite qui en fournisse les moyens ! Ne l’oublions surtout pas avant qu'il ne soit trop tard !

Commenter cet article

Patrick 22/03/2011 15:23



Deux petites remarques cher Marius :


1) Le mode de scrutin est très ancien, bien avant nos "vieux partis majoritaires" : cela fait 140 ans que les conseillers généraux sont ainsi élus !
2) L'appel à la proportionnelle : fort bien. Mais le Parlement Européen n'est sans doute pas le meilleur exemple à donner. Car toutes les décisions se font au consensus, après négociations. Le
résultat est que les lignes de partage changent au gré des sujets. Et je gage que ce flou contribue largement au peu de crédit dont souffrent les institutions européennes. Certes le mode de
scrutin majoritaire n'est pas parfait, mais il pose clairement une ligne de fracture entre une majorité et une opposition, entre deux ensembles de valeurs différents. Un mode de scrutin est
toujours un choix entre fidélité de la représentation et efficacité...



Marius 22/03/2011 15:38



Certes. J’entends bien ce discours. Il y a 140 ans, une époque où les femmes étaient interdites d'opinion, la politique paraissait trop sérieuse pour être confiée aux électeurs...sauf qu'il y a
de moins en moins d'électeurs et que les représentations issues des urnes ne reflètent en rien les opinions des Français (et Française…). A trop vouloir bâillonner les extrêmes l'on a constitué
des structures leaders affadies par le temps et par les connivences des uns à l'égard des autres.